Il jette sa nourriture par terre, vide les placards, déménage les meubles, joue avec les interrupteurs…
A partir de 1 an votre petit bout de malice prend plaisir à faire tout ce que vous lui interdisez. Comme si il cherchait à vous tester, vous, ses merveilleux parents !
Vous passez votre temps à lui dire « NON ». Vous avez essayé la douceur et la fermeté, rien ne semble fonctionner…
Pourquoi votre enfant fait-il tant de « bêtises »? Comment réagir?
Quelques astuces précieuses pour vous aider à tenir bon!
Les bêtises: une preuve d’intelligence!

Dans bêtises, il y a bête! C’est parfois l’impression que vous donne votre enfant lorsqu’il renverse 5 fois son assiette avec le même sourire coquin. Il ne comprend donc pas?!

Rassurez vous, il est au contraire fort intelligent. Votre enfant depuis sa naissance ne cesse de progresser. Tout cela grâce à sa curiosité sans limites. Pour apprendre, il a besoin d’expérimenter!

Et la maison est un endroit tellement passionnant! Toutes ces couleurs, ces formes, ces textures différentes, et ces objets que vous passez votre temps à utiliser…Pourquoi lui n’aurait pas le droit d’y toucher?

Lorsqu’il ouvre un placard ou s’approche dangereusement de la prise électrique, ce n’est pas pour vous embêter. C’est son envie d’apprendre qui le pousse vers ce qu’il ne connaît pas encore.

Un enfant est une « source qui jaillit » disait Maria Montessori. Ils débordent de créativité, d’inventivité. A leurs yeux, un placard est une terre inconnue à explorer, une chaise est une montagne à gravir, et un interrupteur un bouton magique qui créé de la lumière. Tout est extraordinaire à leurs yeux!

Les bêtises pour apprendre

Très bien, me direz vous, mais pourquoi a t’il tendance à aller prioritairement vers ce qui lui est interdit? Il ne vous teste pas un peu quand même?

Et bien si! Mais pas comme vous l’entendez. Il teste votre réaction et cherche à la comprendre.

Un exemple: Vous avez pris peur lorsqu’il est monté sur la chaise. Un cri vous a échappé. Vous vous êtes précipité pour lui éviter une chute… Quelques minutes après, il recommence. Il souhaite par ce geste comprendre votre réaction.

C’est en établissant un lien de cause à effet que votre enfant intègre les interdits. « Maman a eu peur, je vais refaire la même chose pour voir si elle réagit de la même façon ». « Papa s’est fâché, est ce qu’il se fâchera encore si je recommence? »

Cela demande beaucoup de patience. Et de la constance aussi…

Les bêtises pour s’exprimer

Il y a très souvent un moment propice aux bêtises. C’est lorsque vous êtes occupés à changer le petit dernier, ou que vous prenez un petit temps pour vous, que votre enfant agit! Pure coïncidence?

Si votre enfant a quelque chose sur le cœur il peut rechercher votre attention de façon totalement détournée.

Cela peut être car vous vous êtes fâchés et qu’il n’est pas d’accord avec vous, mais aussi car il s’ennuie, ou qu’il veut passer du temps avec vous, qu’il est jaloux de son petit frère, ou que la journée à la crèche a été compliquée…

Une merveilleuse façon de vous montrer que quelque chose ne va pas! D’autant plus lorsqu’ils ne peuvent pas encore l’exprimer avec les mots.

 

Concrètement: comment réagir devant une bêtise?

Les bêtises font partie des apprentissages. Cela n’empêche pas qu’elles soient difficiles à gérer au quotidien. Qu’il est fatigant de répéter 10 fois la même chose et de voir votre enfant recommencer son geste avec le même entrain! Bienvenue dans la vie de parents!

Le choix des mots

Lorsque vous voyez votre enfant se préparer à vider son verre sur la table, vous pouvez être certain que si vous lui dites  » ne renverse pas ce verre ». Il le renversera à coups sûrs!

Pourquoi? Car il entend les mots renverser et verre. Cela focalise encore plus son attention sur l’objet de son désir!

Faites l’expérience: si je vous dis, ne pensez surtout pas à une girafe! Difficile de ne pas avoir l’image de la girafe qui s’affiche dans notre esprit!

Tout l’art va alors être de le guider par des ordres très simples et positifs afin de détourner son attention: Je te demande de poser le verre sur la table ». Ou plutôt que de dire « Ne saute pas sur le canapé » essayez « Sur le canapé on reste assis! ».

Et de trouver quelque chose de beaucoup plus intéressant à faire pour déplacer son attention! A vous de trouver vos astuces selon l’âge et les capacités de votre enfant. Vous deviendrez vite experts, soyez en sûrs!

Posez des limites

Il est certain que l’éducation passe aussi par la pose de limites. Vous ne pouvez pas passer votre temps à contourner l’interdit sans le nommer. Et votre enfant en a réellement besoin! Vers 2 ans il cherchera d’ailleurs à tester vos limites afin de s’y appuyer pour grandir.

N’hésitez pas à les  verbaliser: « Maman (papa) n’est pas d’accord avec ce que tu es en train de faire »  « Dans cette maison il est interdit d’écrire sur les murs ». « Tu ne peux pas prendre ce couteau car tu risquerais de te faire mal ».

Énoncez clairement ces règles à votre enfant: « Tu n’as pas le droit de jeter des choses par la fenêtre, c’est la règle et ce sera toujours comme cela ».

Si les limites sont claires dans votre esprit, votre enfant cherchera moins longtemps à les tester.

Réfléchissez à votre échelle de tolérance

Votre enfant a besoin de repères solides. Or, avec la fatigue ou la lassitude, il est vite arrivé de laisser passer quelques bêtises certains jours. Alors que vous vous étiez fortement fâchés la veille face à la même situation.

Quels sont les interdits non négociables dans votre éducation? Cela demande d’y réfléchir en couple afin qu’ils soient très clairs dans vos esprits. Cela peut concerner la sécurité de votre enfant, le respect du matériel et des personnes…En d’autres termes quelles sont les piliers de votre éducation?

Si vous dites non à tout cela aura deux effets négatifs: d’une part, le non n’aura plus l’efficacité escomptée auprès de votre enfant. D’autre part si vous fixez trop d’interdits votre enfant ne sera pas en capacité de tous les respecter. Il faut parfois lâcher du leste sur certains principes pour mieux faire respecter les autres.

Maintenant que vous avez établi les quelques limites non négociables à la maison, dites vous que toutes les autres peuvent être discutées. Pour votre bien et celui de votre enfant. Cela vous permet de garder de l’énergie et de la conviction pour les « NON » absolus.

Évitez les combats de taureaux

Vous êtes usés, agacés au plus haut point, fatigués, en colère…et vous avez raison de l’être! Les bêtises, vous vous en passeriez bien! Malgré tout, essayez au maximum de garder votre calme!

C’est mathématique, plus vous réagirez fortement plus votre enfant recherchera la confrontation. Un vrai combat de taureau!

Petit exemple: si votre conjoint vous dit sur un ton menaçant » il est hors de question que tu manges ce gâteau! » Comment réagissez vous? Combat de taureau…

Si il vous propose avec un grand sourire une belle salade de fruit faite avec tout son amour, vous aurez envie de lui faire plaisir, non?

Eviter un rapport frontal avec votre enfant peut réellement vous faire gagner du temps et de l’énergie! Cela ne veut pas dire éviter le conflit. C’est une façon différente d’aborder l’interdit en communiquant et en composant avec les besoins de chacun sur un mode gagnant/gagnant. 

 

Faites participer votre enfant

Il est très enrichissant de permettre à l’enfant de prendre du recul sur ce qu’il est entrain de faire: « Est ce que tu crois que ce que tu fais est autorisé à la maison? »Pourquoi à ton avis?

Pour les enfants qui ne parlent pas encore il est tout de même possible d’entrer dans une sorte de dialogue avec lui, où vous faites les questions réponses! Cela lui montre qu’il est pris en compte en tant qu’individu.

Pour les enfants qui parlent vous pouvez jouer en lui faisant deviner les mots manquants:  » On ne fouille pas dans les ….( placards) » ou  » Les prises électriques c’est …(Dangereux). Ces phrases répétées toujours de la même façon aident votre enfant a s’imprégner de la règle! Et vous serez étonnés de l’entendre se répéter ces phrases par lui-même lorsqu’il les aura apprises! Magique…et tellement mignon!

Apprenez lui à réparer sa bêtise

Malheureusement, il est rare d’arriver avant le drame! C’est souvent trop tard que nous constatons les dégâts…

Pourquoi ne pas impliquer votre enfant dans la réparation de son geste? Même tout petit ils peuvent participer à leur façon! Tenir la balayette avec vous, passer l’éponge (même si vous devez repasser derrière eux), aller s’excuser auprès du voisin qui a reçu un objet volant non identifié sur sa terrasse…

La réparation est très importante! Et il n’est pas nécessaire de l’imposer sur le ton de la punition: « Puisque tu as fait ça, tu va tout nettoyer tout seul maintenant! ». Vous pouvez être sûrs de vous retrouver avec l’éponge dans la main à réparer les dégâts à sa place!

Montrez lui votre mécontentement  » Maman (ou papa) n’est pas une esclave, c’est dégoûtant tout ce que tu as mis par terre! Il faut nettoyer maintenant. Ce n’est pas à maman de le faire, mais je veux bien t’aider! » . Il faudra surement insister un peu mais si vous tenez bon je vous promets que cela fonctionne!

En réparant l’enfant constate les dégâts. Il apprend ainsi les conséquences de ses actes.

Les enfant aiment qu’on leur donne des missions! Ne sous-estimez pas leur volonté d’apprendre, et leur envie de bien faire!

 

J’espère que ces quelques pistes vous inspireront! A vous d’en inventer de nouvelles…

Quoi qu’il en soit, les bêtises sont inévitables! Vos enfants sont des enfants! Vous ne pouvez pas leur demander d’être exemplaires partout tout le temps!Offrez leur des « sas » de décompression où il leur est possible de faire leurs petites expériences. Une casserole avec de l’eau pour faire des transvasements sur la terrasse, un carton où il peut exercer ses talents d’artiste, jouer au grand en bricolant avec papa,…

Et surtout, surtout…gardez confiance en vous et en eux…et prenez soin de vous!